L’Hôpital


Pourquoi ?

Plus qu’un défi personnel, c’est son engagement envers la cause des femmes népalaises qui motivait Pasang Lhamu. « Elle incarne donc, dans sa victoire et sa mort, la détermination d’un peuple entier face à son avenir. »

Quant à Nicole Niquille, elle a effectué une quinzaine de voyages au Népal. Elle a participé à une expédition à l’Everest. Elle entretient avec ce pays des liens d’ordre affectif et décide, avec son mari Marco, de venir en aide à cette région défavorisée qu’est le Solukhumbu, la vallée qui mène à l’Everest.

Pour qui ?

La population concernée vit au nord-est du Népal, au pied de l’Himalaya. L’hôpital est situé à Lukla, un village à 2850 m d’altitude qui possède une piste d’atterrissage, desservie plus ou moins régulièrement au gré des saisons et de la météo. C’est le point de départ vers l’Everest et bien d’autres sommets.

Le taux de mortalité infantile et maternelle du Népal est le troisième plus élevé du monde. Pour 100 000 accouchements, plus de 750 femmes décèdent et 5 900 enfants meurent à la naissance ou durant leur première année d’existence.

Le relief et le manque de voies de communication isolent les communautés de cette région éloignée. Il y a encore des gens qui vivent dans ces lieux retirés sans pouvoir bénéficier ni de soins médicaux, ni de médicaments et encore moins de conseils en matière de santé.

Le taux de mortalité infantile du Népal est dix fois supérieur à celui de la Suisse en 2012: pour 1000 naissances, 34 décès au Népal et 3,7 en Suisse. Un rapport des Nations Unies publié en 2012 estimait que le taux de mortalité maternelle était de 170 en 2010 pour 100 000 naissances vivantes.


Nicole Niquille


Pasang Lhamu